Interview exclusive : DRAPEAU NOIR
"Simple, durable et de qualité !"

Temps de lecture (min) :

7

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

DRAPEAU NOIR

"Simple, durable, qualité"

Drapeau Noir, c’est une idée assez simple de proposer un vestiaire durable, simple et de qualité. Ils font des indispensables à avoir dans ton vestiaire fabriqué avec de très belles matières et « MADE IN EUROPE ». Rencontre avec Nicolas, fondateur de Drapeau Noir.

Bienvenu dans les Alliés, vous êtes à nouveau en bonne compagnie…

Qui est derrière ?

Drapeau Noir a été créé après un parcours d’avocat d’affaires (7 ans) et une expérience de 2 ans dans la restauration où j’ai eu un bar à vin.
Puis, l’équipe s’est formée au fur et à mesure. Nous l’avons d’abord structuré autour de la production, puis avec l’ouverture des boutiques, elle s’est agrandie pour atteindre d’une douzaine de personnes aujourd’hui. Les compétences sont réparties entre le France et le Portugal. Là-bas, l’équipe est portugaise pour être au plus près des ateliers.

Comment est né Drapeau Noir ?

La marque Drapeau Noir voit le jour en 2014. En amateur de bons produits j’avais un bar à vin. Des collaborations se faisaient avec de très bons fournisseurs de charcuterie (à l’époque avec Ospital au Pays Basque) et de petits viticulteurs qui s’arrachaient pour produire des petites pépites. Étant en fin de parcours, je n’avais pas la maîtrise du produit en lui-même et cela me frustrait.

De plus, en passionné de vêtements je me suis aperçu que l’on pouvait défendre les mêmes valeurs, prôner le même discours de qualité, de consommation raisonnable qu’avec le vin. C’est un domaine où nous défendons les fabricants, les artisans et où nous pouvons avoir le contrôle sur le produit.

drapeau noir portrait d'olivier

"CE N'EST PAS UN PROJET MODE, C'EST UN PROJET VÉTEMENTS !"

Drapeau Noir est arrivé après d’autres expériences professionnelles à un moment où j’avais envie d’un projet qui s’inscrive dans la durée. Je voulais un projet à taille humaine qui avait du sens et d’occuper un territoire à l’époque où la fast fashion était omniprésente.. Nous étions envahis par les trucs de m**** et je constatais qu’il y avait d’autres hommes comme moi. Ils n’étaient pas anti-consommation, mais souhaitaient juste acheter de manière plus intelligente.

ETHIQUE

Est-ce une quasi "obligation" d'intégrer l'éthique pour une marque Française ?

A mon avis, beaucoup de gens ne regardent pas la partie éthique dans les marques européennes. La principale difficulté qui perdure et sur laquelle nous sommes vigilants, c’est le prix. Pendant très longtemps, l’offre était entre de la qualité « MADE IN EUROPE » très chère ou du « MADE IN CHINA » à bas prix.

Aujourd’hui, la vapeur est en train de se renverser. Et demain, c’est là où TOUT va se jouer. Le projet Drapeau noir reste un projet haut de gamme (matières nobles et coûts de production européenne) mais accessible pour quelqu’un qui a envie de mettre un petit budget pour une pièce qu’il va garder. Aujourd’hui, nous proposons une chemise à 95€, 100% européenne qui est fabriquée avec du tissu européen dans les meilleurs ateliers du Portugal versus une chemise à 50€ chez H&M qui est faite en Chine par des enfants… Demain, un prix cohérent restera l’élément indispensable. Surtout avec la période qui arrive.

drapeau noir chemise a motifs

Dans vos clients, penses-tu que certains ne savent pas que Drapeau fabrique en Europe ?

Cela fait tellement partie de notre ADN que ce n’est pas un point sur lequel nous communiquons en permanence. Donc potentiellement des gens ne le savent pas. Nous souhaitons d’abord faire une très belle chemise ou une très belle veste. Le client doit venir à nous pour le produit. Fabriquer dans des conditions respectables des droits humains, avec des tissus de qualité, en essayant d’avoir les choses les plus durables et nobles possibles, est un présupposé pour toute marque un peu sérieuse. C’est pour ça que l’on ne communique pas énormément dessus.
Une fois que tu as essayé la veste, qu’elle te plaît, que tu comprends que le prix est cohérent avec l’entreprise et qu’en plus tu apprends que c’est du « MADE IN EUROPE »… c’est la cerise sur le gâteau !

LES 3 TEMPS FORTS

2014

Lancement et rencontre avec Ben de Deus ex Machina

Drapeau Noir ne serait pas là aujourd’hui sans lui, sans son aide. Pour la petite histoire, je le rencontre totalement par hasard à Bordeaux. Nous devenons potes assez vite. A l’époque, il développait Deus de manière confidentielle en France. Nous nous voyons souvent. Un jour je constate que ma première collection est bientôt prête. Il faut la commercialiser. 

Je lui en parle, lui propose de m’aider sur cette partie et il accepte. Mais en contrepartie il souhaite que je vienne l’aider à bosser sur Deus. Échange de bons procédés. Nous avons enchaîné la première tournée. Il m’a présenté les gars de Next Door et tous les autres. Ces gens ne nous ont pas fait de cadeaux, mais… sans Ben, je n’aurais peut-être jamais eu de rendez-vous !

2017

Première boutique à Paris

Cela permet d’exister physiquement, de rencontrer les clients, découvrir la manière dont les vêtements sont perçus, discuter avec eux en direct… c’est un sacré moment !

« On arrête TOUT! »

Décembre 2018

On tourne le dos au système !

Le business model change et nous stoppons la distribution via les magasins multimarques. A l’époque cela représentait la moitié de notre chiffre d’affaire. Nous étions dans les meilleurs points de ventes (Le bon marché etc…) et nous décidons de ne pas présenter de collection l’hiver. A ce moment là, nous le faisons pour maîtriser nos collections, pour revenir à l’esprit original de la marque : des vêtements permanents dont on respecte la valeur. Nous avons stoppé les 2-3 collections à l’année imposées par le système. A des moments, nous livrions une collec’ qu’elle se retrouvait déjà soldée. Cela n’avait plus de sens. Nous fabriquions pour fabriquer.

C’est à ce moment que l’on a dit aux gars : « On arrête TOUT. »

drapeau noir veste en jean clair

Quel stress cette décision !!

Au contraire ! C’était un soulagement car ce que nous faisions à l’époque n’était plus ce que j’avais envie de faire. D’autant que ce projet était un choix de ma part. J’étais en train de le saboter !

Etre une marque totalement indépendante nous a donné la liberté de prendre cette décision.

PRODUIT

Un produit phare ?

Le sweet en molleton japonais de chez Toki car c’est une maison d’exception. C’était aussi un moment fort. Ce moment où nous avons rencontré les dirigeants de la maison ! Nous voulions travailler avec eux car ils ont les mêmes valeurs que Drapeau Noir et un savoir-faire unique

Ils utilisent des machines artisanales avec 200 aiguilles à régler toutes les 10 minutes… plus personne ne sait le faire ! Ils sortent un peu moins de 10 mètres de molleton/jours mais c’est ce qu’ils aiment faire, pas plus. 

Ce sweet est un permanent que l’on a depuis 6 ans et sur lequel nous sommes quasiment sold out toutes les saisons. Nous le refabriquons, le mettons en ligne et le vendons rapidement. Tu peux le garder ad vitam aeternam. Il se patine avec le temps et la matière devient de plus en plus belle à mesure que tu le portes.

drapeau noir sweat en Coton gris clair

Un best seller ?

veste en jean clair

Notre Trucker jacket en denim japonais. C’est un super denim de chez Kurabo et la veste est très bien coupée. C’est un classique du vestiaire. On peut la glisser dans toutes les silhouettes. Elle s’associe parfaitement avec un chino et un pant habillé. Cela marche en toute saison.

Comment expliques-tu son succès ?

Cela reste une peu une énigme pour moi ! L’idée n’a jamais été de proposer des choses ultra-innovantes. Nous voulions juste proposer des pièces iconiques du vestiaire, retravaillées à notre sauce et dans des très belles matières. 

Donc nous avons pris la trucker, faite en Europe dans un superbe denim japonais… le tout à 170€ ! Et visiblement, ça marche !

Une pépite ou un scoop ?

Oui ! Nous bossons, pour l’hiver prochain, sur des vêtements plus techniques. Des pièces d’extérieurs mais pas que. L’idée c’est de ne pas perdre de vue ce qu’on fait. Nous pensons aujourd’hui que nous sommes capable de monter en régime. Nous avons mis 5 ans à sourcer tous les meilleurs fournisseurs, que ce soit pour la laine, le cachemire, la maille, les velours, le jeans etc… Cette nouvelle gamme, nous la faisons avec un partenaire que nous avons déjà testé sur d’autres vêtements.

veste noir drapeau

Objectif et développement ?

landrover defender series jaune

Le lancement d’une collection femme pour l’hiver prochain et… je n’ai pas commencé à dessiner toutes les collecs. Pour la femme, c’est un nouvel exercice. L’idée c’est de décliner le vestiaire masculin. Par exemple, une jolie petite trucker en denim, pantalon en flanelle, un petit blazer, une parka, une veste en velours. Nous voyons déjà en boutique et en ligne que les femmes achètent déjà les pièces hommes en petite taille.

Très souvent les clients viennent chez nous en couple. Les clientes potentielles sont frustrées de ne pas pouvoir acheter. Il faut répondre à cette demande. Et puis cela a du sens ! Nous utilisons déjà des matières unisexes. Redessiner certaines courbes trop masculines restent à faire. Aujourd’hui, les ateliers partenaires peuvent tout à fait sortir la collection.

On vous invite à venir découvrir tout l’univers DRAPEAU NOIR ici !

Si vous aimez les interviews, n’hésitez pas à aller jeter un coup d’oeil à celle de Vince Perraud !

J’espère que cet article vous a plu ! Je vous donne rendez-vous dans un prochain article !

D’ici là, n’oubliez pas qu’avec LES ALLIES, vous êtes en bonne compagnie !

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à lui mettre 5 étoiles !

Défiler vers le haut

Hop là !

Le contenu vous plait, restez en bonne compagnie !
Abonnez-vous à la petite Newsletter qui va bien